Rencontre avec Samuel Cajal

Quand on évoque le nom de Samuel Cajal, on pense avant tout au guitariste émérite du groupe éponyme 3 Minutes Sur Mer mais aussi à un auteur- compositeur et un musicien qui accompagne ou collabore avec différents artistes de la scène française alternative et indépendante (Fanch, K! Karina Duhamel, Jérémie Kiefer, Albane Aubry ou encore Andoni Itturioz).

sc

© Frédéric Petit Photographies

 Reproduction interdite – Tous droits réservés Frédéric Petit Photographies

Quelques albums au compteur plus tard avec 3 Minutes Sur Mer (dont le magnifique et dernier opus  « L’Endroit d’où l’on vient » – PIAS/HYP) et de nombreux concerts en France, en Belgique et au Québec, aujourd’hui Samuel Cajal décide d’emprunter une nouvelle voie(x). Déjà en 2016, il présente seul de nouvelles chansons, avant d’éprouver le besoin impérieux, comme une évidence, d’en faire un album sous son nom propre. Pendant l’année 2017, c’est avec le soutien de ses comparses Johan Guidou et Matthieu Lesenechal, respectivement à la production et aux instruments, et avec K!, Nellyla et Wilfried Hildebrandt  aux voix, qu’il s’enferme en studio pour l’enregistrer. Enfin, il fait appel à son public déjà fidèle, pour le financer  en partie avec succès sur le site de Micro-Cultures, pour parachever cette nouvelle aventure.

Ce premier album nommé sobrement « Une Issue » présenté  par La Couveuse et son infatigable fondateur Alex Monv, et promu par La Centrifugeuse est attendu pour le 19 octobre prochain (distribution Differ-Ant/Believe).

coverAlbum

© Pierrick Guidou • Visual Worker

 

En attendant sa sortie, un premier single « Cœur Noir » est déjà disponible. Ce titre au beat lancinant est une chanson emblématique de certains thèmes que Samuel Cajal développe dans son premier opus solo :   la morbidité d’une société  anxiogène qui nous ronge et nous affaiblit et un fatalisme mélancolique doublé d’un sursaut désiré en l’être humain, pourvu qu’il veuille bien s’en donner la peine. Ce « Cœur Noir » met en exergue le contraste permanent dans les compositions de Samuel Cajal : dénoncer sans hurler, décrire la violence sans agresser autrement que par des mots à la simplicité choisie, les sonorités bizarroïdes créées de toute pièce par Mathieu Lesenechal et bien sûr les riffs tranchants de sa guitare Gibson favorite.

À quoi bon aboyer,
À quoi bon me le faire payer
J’ai le cœur noir.
Il faudrait se déployer,
Ne plus du tout louvoyer,
Il n’est pas trop tard.

 

La version délivrée dans l’album en est l’exemple parfait. Avec ce bonus non négligeable que ce beau duo à deux voix avec Wilfried Hildebrandt. Chacun s’approprie à sa manière une strophe, une phrase, puis les voix s’entremêlent sur le refrain pour lui donner une vigueur nouvelle. C’est sans conteste une de mes chansons favorites, découverte à l’origine sur scène, captée ici  en version acoustique au Réservoir à Paris :

 

Après avoir écouté son très bel album « Une issue », j’ai rencontré Samuel Cajal, hors des sentiers de la scène parisienne où je l’écoute le plus souvent, pour découvrir qui se cache derrière l’instrumentiste et bien sûr parler de son premier album. Par une douce après-midi d’août, je me suis donc rendue en Normandie à Bernay pour lui soumettre quelques questions. Dans une jolie maison de campagne, merveilleusement accueillie par sa compagne Céline et ses amies, je retrouve également le photographe Frédéric Petit. Le regard de Frédéric Petit, fan de la première heure qui a  souvent photographié les protagonistes de 3 Minutes, est important à mes yeux pour immortaliser ces précieux instants dans un jardin verdoyant à l’abri de la douce chaleur estivale. Ses magnifiques clichés en Noir et Blanc sont à découvrir sur son site Internet et dans le diaporama ci-dessous dévoilent finement toutes les subtilités et l’humour de l’homme derrière le guitariste et l’interprète.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Frédéric Petit Photographies

 Reproduction interdite – Tous droits réservés Frédéric Petit Photographies

 

Pendant cet entretien, je découvre un Samuel Cajal presque familier, plutôt bavard et enjoué. C’est un artiste bien dans ses baskets qui affirme ses envies et évoque sans fard ses choix et son chemin vers son premier album solo. Assurer seul la promotion de son premier album n’est pas un exercice évident quand on l’a toujours fait en groupe auparavant. De temps en temps, Samuel Cajal exprime ses doutes, affiche une certaine réserve, même s’il n’élude pas les interrogations que l’on peut avoir sur lui dans son nouveau costume d’interprète. Ce que l’on retient à la fin, c’est la certitude que cette nouvelle étape franchie avec « Une Issue » était nécessaire : elle ne devrait pas décevoir ceux qui l’ont suivi avec 3 Minutes, et lui permettre d’accueillir et d’intéresser sans difficulté un nouveau public.

41039237_463344180741407_7974984430143930368_n

 

Samuel Cajal n’a rien de l’artiste sombre et tortueux que pourrait laisser deviner « Une Issue », c’est même plutôt le contraire : comme il le dit, cet album est cathartique, et lui permet de s’affranchir de certaines barrières devenues inutiles. Cela se voit devant la caméra, où il se départit souvent d’un grand sourire. Cette interview filmée dans son fief de Normandie est en deux parties : la première parle de l’homme et de son parcours dans la musique, de l’enfance jusqu’au groupe 3 Minutes sur Mer. La seconde partie s’attache plus à Samuel Cajal aujourd’hui en 2018, se focalise sur son nouvel album, son profil de compositeur, ainsi que son regard sur ce qu’est un artiste aujourd’hui.

Partie 1

Partie 2

 

Je tiens à remercier chaleureusement Samuel Cajal et Céline Lorac, pour leur accueil aux petits oignons et leur confiance. Un grand merci à Frédéric Petit pour son œil affûté, ses superbes photos et son enthousiasme qui ne font jamais défaut. Merci à Alex Monv (LaCouveuse) et la Centrifugeuse.

Samuel Cajal sera en concert le Vendredi 21 septembre au Brin d’Zinc  à Bernay (27) et le Samedi 20 octobre à O Gib à Montreuil pour la release party de l’album, en co-plateau avec Pauline Drand (dont le dernier album « Faits Bleus » déjà disponible est à découvrir sans tarder).

Plus d’infos sur Samuel Cajal : Site OfficielFacebookInstagram
A découvrir : Le Top 20 de Samuel Cajal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.